Les 5 Temples principaux du Kung Fu

 

 

 

 

Temple Honan :

 

 

 

Plus communément connu sous le nom du « temple de Shaolin », le temple de la province de Henan est érigé en 497. A l’époque de la construction, les jardiniers de l’empereur avaient planté plusieurs arbres, c’est à cause de cela que le temple fut alors surnommé temple Shaolin (la jeune forêt).

Il fût dans un premier temps destiné à la traduction des écritures bouddhistes. C’est que quelques années plus tard que démarra sa légende… Avec notamment l’arrivée du moine bouddhiste indien Bodhidarma (voir article bodhidarma).

Ceux qui pratiquent le Kung Fu à Shaolin ont été recrutés à travers le pays tout entier. Une centaine d’élèves dont les plus jeunes ne dépassent pas l’âge de 6 ans ! D'ailleurs c'est en général à cette âge qu'ils arrivent pour débuter leur pratique.

Appelés moines guerriers, ils sont en réalité des élèves du temple, ils ne quittent le monastère que 10 jours par an pour rendre visite à leurs proches.

A l’heure actuelle, Shaolin est aussi un immense centre touristique mais il n’en reste pas moins l'un des plus grands lieux pour les arts martiaux chinois.

 

 

Temple Fukien :

 

 

 

Fukien est le berceau du Kung fu dans le style du sud, dont les origines remontent au temps des dynasties Jin et Tang. Le Kung fu pratiqué dans cette région se compose principalement de Wuzu Quan et combine 5 styles différents comme par exemple ; les techniques de mains de la grue blanche, la posture et la puissance du Luohan, l’agilité et le jeu de jambe du singe, les techniques de l’empereur Tai Tzu et les méthodes de respiration ainsi que le corps d'acier de Damo.

Le Karaté japonais, mais aussi le Wing Chun, proviennent du style de la boxe de la grue blanche fondé par Fang Qiniang, un artiste martial de sexe féminin qui vécu dans la région pendant la dynastie des Qing (1645-1911).

La légende raconte qu’un moine nommé Yi Fa, un moine issue de la montagne Songshang, rendait régulièrement visite au temple de Fujian. Il finit pas y élir résidence pour de bon et devint par la suite moine supérieur. Dés lors, il fit agrandir le monastère et y introduit le Kung Fu qu’il avait appris dans le style du nord. Les moines devinrent alors des combattants hors pair et trés redoutés, ce qui leurs ont permis de faire fuir bon nombre d'envahisseurs…

 

 

 

Wudang : « Le Temple des 5 immortels »

 

 

 

 

Au sein de Wudang, on y enseigne les arts martiaux de manière interne ou Yin (voir article interne & externe) comme par exemple ; le Taoïsme, le Taï Qi, le Qi Gong, les Ecritures Taoïste et l’Alchimie Interne…

Le temple des 5 immortels de Wudang en Chine est un modeste endroit retiré dans les montagnes, accueillant tous ceux qui cherchent à apprendre les arts martiaux.

Selon la légende, les 5 immortels possédaient tous une grande sagesse.

Le premier grand maître immortel étudia intensément le livre des changements et les analectes de Confusius (voir article courants philosophique), encourageant l'humanité et la tolérance...

Le deuxième quant à lui, était spécialisé dans le Kung Fu et les études des arts martiaux les plus avancés, préconisant d’appliquer les vertus martiales et la force physique pour servir autrui.

Le troisième des immortels, excellait à la circulation du Qi, à la culture de l’assise dans la quiétude et l’alchimie interne, mettant l’emplification de la saisie de la vie et le renversement du Yin et du Yang.

Le quatrième immortel était qualifié comme guérisseur par les herbes médicinales, propageant la délivrance des humains et la guérison du cœur. Il distinguait les causes et les effets avec lucidité.

Et pour finir, le cinquième immortel était un expert des tons musicaux, des chants et rhapsodies.

 

 

Omeishan ou Emeishan :

 

 

Situé sur le mont Emei (la plus haute montagne sacrée de chine avec ses 3000 m d’altitude) dans la province du Sichuan.

Emeishan, Shaolin et Wudang étaient autrefois les 3 premiers genres de Kung Fu chinois dans les dynasties anciennes. Un moine bouddhiste et un autre taoïste sont à l’origine des arts martiaux au Mont Emei pendant le 12ème siècle.

Sur le mont Emei, on y pratique essentiellement le maniement de l’épée et de la lance.

On s’inspire aussi des mouvements du serpent pour sa souplesse mais également ceux du singe pour sa vitesse.

Egalement un moine bouddhiste nommé Bai Yun, intégra diverses techniques de massage, acupuncture, méditation…

 

 

Kwangtung ou Guangdong :

 

 

La province de Guangdong est réputée pour son Kung fu style du sud, cette province est considérée comme un important pôle économique du delta de la rivière de perles.

Le temple a attiré différentes écoles de Kung Fu qui sont devenus par la suite très célèbres à travers le monde entier, comme par exemple le Wing Chun crée par Yim Wing Chun et le système Hung Gar fondé par Hung Hei Gun.

Kwangtung est également connu pour le devellopement du Choy Lee Fut, un système d’auto défense établit par Chan Heung en 1836.